Eclairage LED DIY avec simulateur du temps réel

Petite vidéo d’une belle rampe LED DIY de 660W qui simule en temps réel le temps des iles caïmans, rampe de 3 x 100 watts et 18 x 20 leds multichips contrôlés séparément par arduino. La météo est demandé a une station météo par un micro-pc Raspberry Pi et envoyé par wifi sur la rampe. Cinq types de simulations de nuages, lever/coucher / phase lunaire …. encore plus de trucs a voir ici.

Changement de pompe pour mon écumeur Deltec TC2560 – pompe derKroon DCM6000NW

Bon! Il y a quelques mois deja  je galérais pas mal avec la modification de mon écumeur faite par l’ancien proprio, je ne pense pas que l’écumage était optimisé avec ce système de double pompe. Et en cas d’arrêt d’une pompe l’autre n’aurait pas (comme dans la majorité des autres écumeurs fait comme cela d’origine) joué son rôle puisqu’à l’arrêt d’une pompe un courant d’eau sortait via la pompe non fonctionnelle et le niveau d’eau de l’écumeur baissait drastiquement jusqu’a ne plus faire son effet.   J’ai donc hésité a racheter une pompe d’origine Deltec DCS 1700 (débit air: 1500-1700L/h, débit eau maxi 3500L/h) mais j’ai été un peu calmé par le prix. Donc avant d’en arriver la j’ai décidé de tester une autre pompe Derkroon. Je sais qu’elles fonctionnent très bien puisque  j’en ai déjà une dans mon bac (et dont j’avais  parlé ici). J’ai juste pris le nouveau modèle, une DCM6000 mais le modèle modifié pour écumeur  » HW » (maintenant differente, vendu sur leur nouveau site).  Ajustable a 6 vitesses comme l’ancienne (je l’ai réglée sur vitesse 5) avec un débit d’air de 1450L/H et une conso de 38w. Un peu plus que celle d’origine mais pour 150 euros  livré,  ça se teste! En plus quand on regarde bien les  bonnes pompes d’écumeurs des concurrents comme sur les ATB par exemple on se rend compte qu’il s’agit du même corps de pompe que la DerKroon avec  une tête un peu modifiée. Ça vient surement du même endroit en chine +/- modifié par ATB mais la mécanique reste la même. A 50% moins chère ça vaut le coup de tester la derKroon je pense!

J’ai donc bouché les trous effectués par l’ancien proprio a l’aide d’un fond de gamelle à chien en plastique (IKEA). La pompe derkroon fonctionne comme elle devait fonctionner. Par contre j’ai forcé l’entrée d’eau via ma boucle d’alimentation en eau des divers réacteurs et filtre uv (un peu comme si fonctionnement en écumeur externe).  Après plusieurs mois de fonctionnement aucun soucis n’a été noté.

Article Cap récifal : Reproduction de Premnas biaculeatus (olivier26)

cap recifal

Encore un très bon article écrit par Olivier SOULAT et concernant  cette fois ci la reproduction de Premnas biaculeatus var epigramma,  a voir sur caprecifal. 

RC TOTM Mai 2014 – Le bac de Nicholas Le (stonecold)

RC TOTM mai14

Voici le TOTM du mois de mai 2014 du site RC, bac de 680L (120x90x60cm), sump de 110L avec écumeur ATB 840 V2.0, éclairage par 2 HQI de 400w & 2 T5, brassage par 2 Tunze 6105 contrôlées par 7095, pompe remontée Panworld 40xp avec sea swirl, RAC Geo 612, 2 réacteurs Little Fishies avec charbon et résine antiPO4, chauffage de 300w. Un très très beau bac avec des SPS éclatants et un bon gros goniopora rouge.

Plus d’infos et photos ici ou le thread ici.

 

The No-Nonsense Guide to Saltwater Fish Diseases, Treatments and Quarantine

TNNGTMF

Après les derniers déboires et le carnage engendré par l’infection a cryptocaryon irritans survenu il y a quelques mois mon intention était de lire un maximum au sujet des maladies pouvant survenir en aquariophilie récifale, des traitements et surtout des moyens de prévenir notamment par la quarantaine. C’est de cette façon que je suis tombé sur l’ebook « The No-Nonsense Guide to Saltwater Fish Diseases, Treatments and Quarantine » ecrit par Mr Saltwater Tank (aka Mark Callahan ) et Steven Pro. Très bon bouquin, j’ai appris beaucoup de choses, je ne regrette pas les 35euros ($47,00 USD ). Ci dessous le sommaire. Plus d’infos ici.

Introduction……………………………………………………..5
Chapter One: To Quarantine or Not to Quarantine….…………….6
Chapter Two: Building a Quarantine Tank ………………………….15
Chapter Three: Selecting Healthy Fish …………     ……………….… 34
Chapter Four: Prophylactic Treatment …..…    ……….……………41
Diseases
Chapter Five: Marine Velvet (Amyloodinium Ocellatum)……..50
Chapter Six: Marine Ich (Cryptocaryon irritans)…………………65
Chapter Seven: Brooklynella (Brooklynella hostilis)  ………….82
Chapter Eight: Black Ich ……………………………………………………85
Chapter Nine: Flukes ……………………………… …………….…………87
Chapter Ten: Internal Worms ……………………………..……………..90
Chapter Eleven: Cirolanid Isopods ………………………………………91
Chapter Twelve: Uronema ……………………….…………………………96
Chapter Thirteen: Bacterial Infections ………………………………..98
Chapter Fourteen Fish Tuberculosis: …………………………………102
Chapter Fifteen: Viral Infections ………………………… …………..108
Chapter Sixteen: Marine Head and Lateral Line Erosion……..111
Chapter Seventeen: Cyanide Exposure …………………………….123
Chapter Eighteen: Swim Bladder Issues……………………………127
Chapter Nineteen: How to Quarantine………………………………130
Chapter Twenty: Removing Fish From a Display ..……………..136
Chapter Twenty-One: When Quarantine Goes Bad……………..142
Myths
Chapter Twenty-Two: Myth of Garlic as a Cure…………………149
Chapter Twenty-Three: Myth That Marine Ich is Always Present  150
Chapter Twenty-Four: Dosing Copper in the Presence of Sand and Rock..152
Conclusion……………………………………………………………….…….156
Treatments
Treatment Spreadsheet……………………………………………………159
Treatment References…………………………………………………….160
Appendixes…………………………………………………………………….163
Bibliography……………………………………………………………………173

Prochainement un article sur l’installation et les protocoles que j’utiliserais pour mon bac de quarantaine/hôpital. J’ai déjà trouvé un cuve de 120L pour 15 euros sur le BC il y a 2 mois. Pour la rampe led, j’ai quasiment tout reçu aussi…..

Bapteme de plongée – Las Galletas – Tenerife

On a profité d’une petite semaine de vacances a Tenerife pour aller voir la faune sous marine entre deux randos. On a donc effectué notre baptême avec une équipe de français installé a Las Galletas (Ocean Diving Tenerife)  dans le sud de l’ile. Tout s’est super bien passée, on a réussit a voir pas mal de chose notamment une énorme raie d’au moins 150cm endormie sous un rocher plat (du même style que sur la photo), une quantité impressionnante de labres ornate wrasse (Thalassoma pavo), de demoiselles bluefin damselfish , d’oursins a longue épines Diadema antillarum (un peu trop d’ailleurs), de puffers Sphoeroides marmoratus et Canthigaster capistrata. Quelques blennies de grande taille par rapport a ceux d’aquariums , des Diplodus sargus, des  poissons perroquet Sparisoma cretense, des poissons trompettes Aulostromus strigosus. Voila en gros on en a pris plein la vue a 10m-12m sous l’eau. Peut être le niveau 1 la prochaine fois ……….

diving tenerife

un lien des diverses espèces que l’on peut voir dans les eaux canariennes ici

Maladie des points blancs – Cryptocaryon irritans – Marine white spot

Cycle de vie de Cryptocaryon irritans

Cycle de vie de Cryptocaryon irritans

 

Juste pour faire une petite présentation d’une maladie relativement fréquente en aquariophilie recifal, il s’agit de la maladie des points blanc appelé aussi infection a Cryptocaryon irritans ou Marine white spot en anglais (ich). Mon hépatus a été le premier touché, et comme son nom commun l’indique des points ou taches blanches apparaissent progressivement sur le poisson. Puis les flavescens, le strigosus , le couple de premnas ainsi que quelques autres ont commencés a devenir plus pales, se frotter contre les rochers et passer beaucoup de temps aux stations de lavage (dimidiatus, lysmata amboinensis et debelius) pour se faire déparasiter (sans effets réellement visible). Au final, le temps d’apprendre sur cette maladie et ses traitements, en jugulant avec le boulot et en attendant de trouver un bac hopital,  j’ai perdu tous mes poissons (sur deux cycles).  Je ne pense pas que cette maladie soit responsable a elle seule du carnage, je pense que certains poissons n’ayant pas été retrouvés cela a entrainé une poussée de nitrites qui a surement précipité le décès de certains poissons,  deja bien atteints par un premier cycle. Malgré un changement d’eau et l’installation d’un bac hôpital de 120L personne n’a survécu mis a part les invertébrés (oursins, crevettes, nassarius…). Mais quelle est cette maladie et quels sont les traitement possibles ?

La maladie des points blanc est lié un parasite cilié appelé cryptocaryon irritans et découvert par Sikama en 1937. Son développement passe par quatre grandes étapes: tomont, theront, trophont and protomont (Cf schéma).

Les traitements qui fonctionnent (en théorie mais difficiles a mettre en pratique)

- Hyposalinité: uniquement possible en bac hôpital (ou de quarantaine) pendant 4 semaines et remontée progressif de la salinité. Difficile en pratique sur de petites installations. Moins agressif que le cuivre (notamment pas d’immunosuppression). Cette baisse de salinité va entrainer une baisse de l’alcalanité et du pH (utilisation buffer pour maintenir pH entre 8,1 et 8,3 nécéssaire). Le protocole est de faire deux changements d’eau par jour pendant deux jours (-5 ppt par changement).  La salinité doit être maintenue à a 14-15ppt pendant 3 semaines au moins. C’est un des seul traitements qui interrompt le cycle au stade de tomont. En pratique pour le changement d’eau (merci olivier) le calcul est :  Volume à changer = (Volume du bac) – ((Volume du bac)x [C à atteindre]/ [C actuelle]). Par exemple, pour un bac de 120L a 34ppt salinité, pour qu’il descende a 29ppt lors du premier changement il faut changer: Vc=120 – {120 (29/34)}= 17,6L. Puis 20,7L pour passer a 24ppt puis 25L pour aller a 19ppt et enfin 31,6L pour aller a 14ppt…

- Traitement au cuivre: Effectif après 2 a 4 semaines de traitement. Aux doses utilisées c’est un  poison pour les invertébrés, microfaune, microflore. Traitement efficace mais nécessité une surveillance biquotidienne (notamment avec dosage du cuivre). De plus le cuivre étant immunosuppresseur il est théoriquement possible que survienne une deuxième infection en cas de sous dosage. Enfin un traitement avec charbon actif permettra d’éliminer un max mais une partie va rester dans les PVs. Donc en gros impossible en pratique sauf dans bac hôpital encore une fois. Seachem propose la cupramine, a un dosage de 0,4 à 0,5 ppm.

- La méthode du transfert de bac: consiste a bouger les poissons tous les trois jours entre deux bacs, quatre fois de suite. Les trophonts attachés au poissons ayant une durée de vie de 3 à 7 jours et la reproduction des tomonts etant d’au au moins 3 jours à 25°C lors du transfert vers le bac Q2 les trophonts restent attachés au poisson. S’il existe des Tomonts il vont rester dans le bac Q1. Les trophonts vont s’extraire des poissons et tomber dans le Q2 sous forme de Protomont. Les tomonts n’auront pas le temps de se reproduire que le 2eme transfert interviendra vers le Q1. Le cycle des trophonts pouvant aller jusqu’a 7 jours il pourrait rester des trophonts attachés sur les poissons. Au moment du 3eme transfert, au bout de 9 jours tous les trophonts seront tombés des poissons et auront été laissé derrière eux au moment du transfert et tuer par l’étape de nettoyage des bacs Q qui doivent avoir lieu après chaque transfert. Les poissons ayant été transféré a chaque fois avant que la reproduction des tomonts ait eut lieu… Les inconvénients: stress des poissons, et en pratique surtout:  il faut attraper les poissons! Comment nettoyer le bac: le vider et le laisser sécher ou l’aider a sécher avec sèche cheveux tue 100% des tomonts.

 

Autres traitements (observations de récifalistes): généralement plus préventif que curatif

- UV/ozone: peuvent aider a limiter l’extension du stade d’une poussée de cryptocaryon irritans mais en aucun cas éliminer complétement la maladie. Les formes « libres » type Theront peuvent infecter les poissons avant de passer a travers le filtre UV.

 - Bain d’eau douce: inefficace. On le voit bien, au stade de trophont, le parasite est sous la muqueuse donc un bain rapide et même prolongée n’a pas d’effet sur le trophont.

- Hypersalinité: rapport bénéfices-risques en défaveur des poissons

- Stations de déparasitage naturelles (crevettes, labres…): peuvent aider en théorie, mais ne sont pas des traitement éradiquant la maladie, peuvent aider à limiter la propagation mais ne pourront pas déparasiter tout le poisson (notamment les trophont sous la muqueuse).

- Les traitements « reef safe »: sont il vraiment sans risques pour la microfaune, les invertébrés…???

- Ail, Vitamine C (Hydrosol): ces traitement peuvent participer a améliorer l’état d’immunité des poissons mais rien n’a montré leur efficacité en curatif. Il vont aider à limiter le stress car celui ci engendre une baisse de l’immunité et on observe une diminution de l’épaisseur du mucus. Une poussée de points blancs peut intervenir a ce moment.

- Bacteries: peu d’infos a ce sujet. Daphbio aurait un produit en développement, a voir dans le futur.

 

AU TOTAL, il s’agit d’un parasite difficile a combattre, évoluant de façon cyclique, au rythme de l’état d’anxiété des poissons. Cette infection est toujours présente a moins d’un traitement radical ou préventif en amont de toute introductions (nécessite donc soit de faire confiance a son poissonnier soit de mettre systématiquement en bac hôpital de quarantaine). Par ailleurs je pense que le traitement préventif est a utiliser régulièrement  (vit C,  ail…)  de meme que les stations de déparasitages naturelles…

 

Webographie:

article reefguardian ici, aquaportail ici

Articles Advanceaquarist: part 1part 2 ; part 3 ; part 4 ; part 5

http://reefcentral.com/forums/showthread.php?t=1985626

http://www.seahorse.org/library/TESTING/ich/newich.shtml

http://www.ultimatereef.com/articles/whitespot/

http://www.labspaces.net/blog/1243/Curing_a_plague__Cryptocaryon_irritans

http://www.chucksaddiction.com/ich.html

http://www.lionfishlair.com/ich/ich.shtml

tank transfer method ici ou ici

http://www.reefnation.com/tank-transfer-cs-marine-ich-cryptocaron-irritans/

 

La lanterne de l’expérience n’éclaire que celui qui la porte.  Confucius

RC TOTM – Jan 2014 – Le bac de Mike & Terry Lauderdale

rc totm jan 14

Voici le TOTM du mois de jan 2014 du site RC, bac de 1130 L (180x90x70cm), sump de 560L avec PVs, écumeur, Super Reef Octopus 6000-SSS int et Deltec AP851 dans celui avec les PVs, éclairage par 3 HQI de 400w , 2 tubes actinic au lever et coucher et 6 bandes leds Ecoxotic LED , brassage par 1 closed loop (Reeflo Dart and Ocean Motion), 4 xTunze 6095 et 1 Tunze 6105 (sur Tunze 7095), pompe de retour Iwaki MD70RLT, stérilisateur UV de 57w, reacteur a ozone controllé par sonde Milwaukee ORP controller , controlleur Neptune Apex. Réacteur a charbon et anti-phosphates Two Little Fishies 550, RAC Geo CR818 et RAH K618. Plus d’infos ici.

Bonne année 2014 !!!

egypte1

Juste pour vous souhaiter a tous une bonne année et santé pour 2014.

RC TOTM – dec 2013 – Le bac de Paolo Piccinelli

RC TOTM dec 2013

Voici le TOTM de dec 2013 du site RC, magnifique bac italien (Paolo Piccinelli) de 340 gallons (1300L), dimensions 200cm x 100cm x 75cm, sump de 140cm x 70cm x 40cm, écumeur Vertex Alpha Cone 250, éclairage par 3 HQI avec réflecteurs Lumenark III, et 4 barres de 3 LEDs soit 12 leds de 10 watt royal blue, contrôleur Aquatronica, pompe remontée New Jet 6000 & New Jet 4500, brassage par 2 Ecotech Vortech MP60W ES, chauffage/refroidisseur par TECO TR 20 Chiller – 600W Schego Titanium, RAC  Oceanlife B2 reactor, à noter un DSB de 10cm et un refuge cryptique sur la descente. Plus d’infos et photos ici.